Festin animé | Mutafukaz (Ankama Animations/Studio 4°C)

Pour Angelino, 22 ans et survivant des quartiers mal famés de Dark Meat City,
faire profil bas avec ses potes n’est plus une option…

Aujourd’hui, c’est parti pour un O.V.N.I (Objet Violent Nerveux & Intense) avec le film d’animation Mutafukaz (2018) de Guillaume « Run » Renard et Shoujirou Nishimi. Fruit de la collaboration fructueuse entre France et Japon que je t’invite à croquer si tu aimes les histoires pleines de réalisme cru, d’invasion extra-terrestre et de sensations fortes.

Synopsis Dark Meat City, mégalopole impitoyable sous le soleil de Californie.
Angelino (doublé par Orelsan) a 22 ans et habite dans un quartier mal famé où les règlements de compte entre gangs sont légion. N’étant affilié à aucun groupe en particulier, il s’adapte et survit au jour le jour en compagnie de sa meute de cafards apprivoisés et de Vinz (doublé par Gringe), son colocataire aussi résigné à la précarité que lui. Après un accident de scooter en livrant des pizzas, il commence à ressentir de violentes migraines accompagnées d’étranges hallucinations. Pour couronner le tout, sa relative tranquillité de vie est chamboulée par une chasse à l’homme terrifiante dont il devient la cible principale. Qui sont ces redoutables « Macho », créatures extra-terrestres issues de la matière noire de l’univers, qui cherchent à lui mettre le grappin dessus depuis l’aube de sa vie ?

Angelino, 22 ans, célibataire libre comme l’air, amateur de catch et de malbouffe

Délit de faciès oblige, Angelino et ses potes – Vinz et Willy – étonnent par leur aspect « mignon » et cartoonesque parmi la population semi-réaliste et malaisante de Dark Meat City.
Bien que la menace réside bien au-delà de ces quartiers et de la Terre elle-même, ce que le trio affronte au quotidien n’est pas mis de côté. Leur réalité est malheureusement fortement inspirée de la nôtre avec les ravages des déchets de la surconsommation, le réchauffement climatique, la pauvreté, la violence et l’abandon des pouvoirs publics. Tout aussi réaliste est leur réflexe de faire profil bas pour éviter les embrouilles et assurer leur survie.
L’âme de Dark Meat City est corrompue et nauséabonde à cause de maux qui la rongent. On sent que le côté malaisant de la population aux proportions « normales » déteint sur la ville (et vice-versa). Pourtant, il demeure un espoir grâce à des héros anonymes et inattendus.
Dans toute cette misère sociale, j’ai trouvé ma bouffée d’oxygène dans l’amitié et l’humour du trio ainsi que les apartés de catcheurs masqués jouant un rôle capital dans l’intrigue.
La musique nous plonge dans un vrai brassage culturel, suburbain et palpitant.

Bilan
Du cinéma d’animation comme je l’aime : multiculturel, créatif et addictif.
Ça bouge, ça surprend, ça pulse !
Cœur sensible s’abstenir, l’hémoglobine fuse à tout va.

Le multivers Mutafukaz

Attention les yeux et les oreilles

À l’origine, il y a le court-métrage Mutafukaz : Opération blackhead écrit et réalisé par Guillaume « Run » Renard paru en 2002 qui envoie du très lourd.
Bref synopsis 2033, Dark Meat City, bien des années après le « début de la plus grande manipulation de tous les temps ». Angelino et Vinz sont tranquillement en train de regarder la télé quand leur appartement est pris d’assaut par la section Z7, commando urbain spécialisé dans les interventions à haut risque (ce qui est plutôt excessif pour affronter deux pauvres gars un peu trop lucides sur la réalité qui les entoure).
Une création qui vaut d’être vue, que l’on ait visionné le film ou non car c’est un savant mélange bourré de créativité et d’action à base d’ancrages géopolitiques et historiques, d’une touche de complot souterrain extra-terrien, de pop culture (sub)urbaine et américaine et d’empreinte paranoïaque à souhait.

Festin des papivores

Run dessine et scénarise Mutafukaz depuis plus de 10 ans.
Édité jusqu’à maintenant par Ankama Éditions sous la collection Label 619 qu’il dirige, Mutafukaz est sa série phare de laquelle sont issus un artbook, des spin-off et bien sûr le film. J’ai visionné ce dernier avec un minimum d’informations sur son origine et un maximum d’appétence pour les productions du Label 619 comme la série Freaks’Squeele et leur premier recueil illustré de nouvelles Doggybags, Sangs d’Encre.

Focus vidéo BD/Film Mutafukaz à se mettre sous la dent
Présentation de l’univers Mutafukaz
avec passion et anecdotes intéressantes par les mordus de BD de Casabulle !

Fiche technique du film d’animation (Source Allociné)
Date de sortie 23 mai 2018
Durée 1h33 min
Scénario et réalisation
Guillaume Renard & Shôjirô Nishimi
Musique
Guillaume Houze
Co-composée par The Toxic Avenger

Grande amatrice de style graphique urbain et contemporain, je compte bien continuer à soutenir le Label 619 et profiter rapidement de l’intégrale (disponible à moins de 35 € !) pour faire plus ample connaissance avec Angelino, sa bande et ses péripéties de survivant.
Mon périple dans cet univers captivant, intriguant et explosif ne fait que commencer …

ACTU : février 2019, le Label 619 devient un studio de création indépendant
Cultures urbaines & pop
Edit 06/03 : Enfin ! L’intégrale Mutafukaz rejoint ma collection (en bonne compagnie avec PTSD de Guillaume Singelin).

Remarque, avis sur le film, note d’expert sur l’animation, coup de cœur musique… Tes commentaires sont les bienvenus.

Publicités
Article mis en avant

Passion Roman | Christian Jacq – La Vengeance des dieux

Roman 2 en 1, maxi lecture à petit prix

Ma lecture du vendredi est l’intégrale en format poche La Vengeance des dieux de Christian Jacq chez Pocket réunissant les romans Chasse à l’homme (2006, XO Éditions) et La Divine Adoratrice (2007, XO Éditions).

J’aime le style narratif de l’auteur : en peu de mots, il nous emmène dans sa vision de l’Égypte antique (romancée mais toujours documentée, l’écrivain étant aussi essayiste égyptologue passionné par son sujet de prédilection !).

Il a l’art de raconter des aventures au coeur du bouillonnement culturel de l’Égypte du temps des dieux avec sa mythologie à valeur universelle et la multitude des gardiens de pouvoir et de savoirs régnant sur la vie des populations.

Dans ce roman, Kel est un héros d’origine modeste et scribe de formation affecté au Bureau des Interprètes du pays. Il se retrouve malgré lui empêtré dans un complot d’envergure qui menace l’équilibre politique et spirituel dans la capitale du Pharaon Amasis, Saïs.

Le service des interprètes s’occupait de nombreux dossiers délicats et mon patron était en contact permanent avec le palais. Le pharaon utilisait nos travaux pour orienter sa diplomatie, garante de la paix. Un tel massacre ne saurait être l’acte d’un fou. Il a été organisé, et ses instigateurs m’ont choisi comme coupable idéal.

Ma fuite ne constitue-t-elle pas une preuve ? Un innocent aurait dû se présenter à la police et clamer sa bonne foi. La chasse à l’homme sera intense…

Kel, faisant le point sur le piège qui se referme sur lui

Parmi ses alliés majeurs qui pourront lui apporter le soutien, l’assurance et les relations dont il a besoin, on rencontre avec plaisir :
Bébon, son meilleur ami comédien, reconnu pour sa bonhommie, sa vaillance et sa bonne humeur
Nitis, prêtresse dans un temple majeur de la capitale, dont l’érudition, la magie, l’honnêteté et la beauté sont d’égale valeur aux yeux du scribe
Vent du Nord, âne aux multiples ressources et animal du dieu Seth (personnage récurrent des romans de Christian Jacq !)

Je recommande chaudement ce roman pour les amateurs de plongée dans le temps, d’aventure et de mystères basés sur la mythologie égyptienne.
Le petit plus à emporter

La Reine Soleil (2007) réalisé par Philippe Leclerc d’après le roman de 1988 de Christian Jacq récompensé du prix Jean d’Heurs du roman historique.
Le coeur de cette oeuvre est une femme éprise de liberté, Akhésa*, figure féminine emblématique de la XVIIIe dynastie en Égypte, à la fois fille du Pharaon Akhenaton et de la Reine Néfertiti et épouse du célèbre Toutankhamon.

* De son vrai nom Ankhesenpaaton qui signifie « Elle brille pour Aton »

****


Je suis heureux que l’un de ces projets ait abouti.

Je ne m’attendais pas à ce que cette première adaptation soit un dessin animé, mais je dois dire que le résultat est formidable. C’est très étrange de voir comment quelqu’un adapte et repense votre travail, mais c’est réussi.

Christian Jacq (source)
Il s’agit de la toute première adaptation au cinéma d’un roman de Christian Jacq et l’essai vaut le détour.

J’ai découvert ce film fin 2018 au détour d’une allée de DVD et, le hasard faisant bien les choses, j’étais en quête d’un nouvel univers lié à l’Égypte ancienne à découvrir.
Je tiens à préciser que les dessins animés ne sont pas synonymes de divertissement exclusivement adressé aux enfants. Par la simplicité de son scénario et la définition des rôles de chaque personnage, ce film peut néanmoins parler à un jeune public (6 ans et plus).

J’aime particulièrement le soin apporté à la retranscription à l’image de l’univers pensé par le romancier. Le chara-design des personnages principaux est assez bluffant.
Le rythme de l’action a des défauts (quelques longueurs) mais la magie des couleurs, la qualité des bruitages et surtout de la musique permettent de vivre pleinement l’aventure semée d’embûches de notre duo, Akhésa et Thout.

Tes commentaires sont les bienvenus pour me faire part de tes avis sur les romans historiques, l’univers de Christan Jacq ou tout autre info de bookaddict !

Article mis en avant

BDévore | The Golden Path, Coeur de Kung-Fu

Au menu du jour, de la passion et des arts martiaux

Tout commence en 1988, Jin Ha a 21 ans et, fraîchement diplômée de la Henan Kung-Fu Academy, aspire à rejoindre Hong Kong pour réaliser son rêve : entrer dans l’industrie du cinéma d’action axé sur les arts martiaux et devenir cascadeuse.

Recommandée par sa formatrice et tout sourire face la vie (naïvement ?), Jin Ha quitte sa province natale et débute sa vie de jeune adulte dans le studio le plus réputée du moment, Golden Path.

Est-ce que sa passion et son optimisme suffiront à faire valoir son talent et à percer dans ce milieu qui fait la part belle aux hommes ?

Tu veux en savoir plus et les spoils sont ta tasse de thé ?
Je te recommande l’article « L’enfer des cascadeuses du cinéma d’action raconté en BD » paru le 01/02/2019 sur le site de BFM.TV bourré d’expertise cinéma et de paroles d’auteur.

Depuis toute petite, j’ai toujours été fascinée par cette magie qu’on ne trouvait qu’au cinéma.

Je m’appelle Jin Ha et j’ai toujours voulu devenir cascadeuse.

« The Golden Path » de Baptiste PAGANI (Ankama Éditions)
Sinon, ce que j’aime dans la BD The Golden Path
Une immersion palpitant sur 24 ans de carrière

L’histoire est découpée chronologiquement et en plusieurs parties . Elle conserve son caractère humain de bout en bout grâce, notamment, à la narration à la 1ère personne et à la pluralité des thèmes sociaux qu’elle aborde comme :
– les préjugés de l’époque vis-à-vis des métiers du cinéma (professions utiles à la patrie VS vacuité d’une carrière dans le divertissement),
– les rapports, dans et hors cadre professionnel, à la communauté et à l’individu – corps et esprit – par la confiance, l’amitié, l’apprentissage et le dépassement de soi d’une part et de l’autre par l’injustice, l’exploitation et la maltraitance.

Lumière sur l’industrie du cinéma d’action hongkongais des années 70-80

Le récit initiatique concentré en un seul volume saupoudre des éclairages nécessaires au lecteur pour appréhender les multiples facettes du cinéma hongkongais. Cela va de la dualité (voire le conflit) entre qualité et rentabilité en passant par la place de la femme dans l’industrie et, bien sûr, celle du cascadeur, homme/femme de l’ombre, vis-à-vis du comédien sous les projecteurs.

L’auteur agrémente l’histoire de Jin Ha avec quelques petites douceurs* à savoir des affiches de films superbes et des fiches didactiques sur des techniques et astuces de l’industrie cinématographique en lien avec des personnages issus de deux studios concurrents du récit dont les aspirations et méthodes de travail divergent.

Bilan
Une héroïne en or sur un chemin semé d’embûches qui, en dépit de l’adversité et des canons de beauté, va faire front et puiser sa force dans la pratique du kung-fu pour atteindre la postérité.

Affamé.e de lecture ?
Suivez l’actu du Label 619 d’Ankama ici et sur les réseaux sociaux.

* Ingrédients « secrets »: en fin de volume, la filmographie de l’auteur soit 15 oeuvres ayant inspiré son travail et un cahier graphique de 4 pages.

Mise en bouche > Sélection parmi les 15 films pour les cinéphages

J’ai été ravie de rédiger cet article, quel exercice de style ! (D’ailleurs, je pense avoir plus de facilité à partager ce que j’aime plus que ce à quoi j’accroche moins | #positiveattitude )

Tes commentaires sont les bienvenus pour m’aider à m’améliorer et me faire part de tes avis.

Article mis en avant

Buffet du Mangavore | Bilan de janvier

Du choix ! La variété au menu du Mangavore !

Le défi « Do you Speak Manga ? » est avant tout l’occasion de mettre en appétit autour de titres de mangas variés, souvent méconnus.

50 consignes à valider + 5 bonus, 55 titres à partager sans modération !

Le manga est très populaire en France et il est facile de comprendre pourquoi…

Genre littéraire, caractéristique du héros principal, lieu de l’action et thème principal… Certaines consignes traitent directement des ingrédients entrant dans la composition des œuvres choisies. Et au final, il y a de quoi faire son marché dans la sélection !

De la gourmandise ! Mes titres pour janvier !
  • [#1_Lire le tome 1 d’une série] Angel Heart de Tsukasa Hojo
  • [#8_Lire un auteur jamais lu auparavant] X Day de Setona Mizushiro
  • [#10_Relire un titre auquel tu n’avais pas accroché] Batman & The Justice League de Shiori Teshirogi
  • [#11_ Lire un de tes auteurs favoris] Chance of the Squeele de Florent Maudoux
  • [#12_Lire un de tes titres favoris] Soul Eater d’Atsushi Ohkubo
  • [#13_ Lire un titre créé par un duo d’auteurs (un dessinateur et un scénariste)] Platinum End de Takeshi Obata et Tsugumi Ohba
  • [#25_Lire un titre dont le héros est un adulte] Fullmetal Knights Chevalion de Sawako Arashida
  • [#26_Lire un titre dont le personnage principal est un anti-héros] Les liaisons dangereuses – Le Vicomte de Valmont de Chiho Saito
  • [#34_Lire un survival] Real Account de Shizumu Watanabe et Okushô
  • [#38_Lire un titre avec des méchas] Fullmetal Panic ! Sigma de Shouji Gatou, Hiroshi Ueda et Shikidouji
  • [#39_Lire un titre qui emprunte au folklore asiatique] Saiyuki de Kazuya Minekura
  • [#41_Lire un titre qui soit une adaptation] Le Comte de Monte-Cristo d’Ena Moriyama
  • [#42_Lire un titre qui ne soit pas d’origine japonaise] Radiant de Tony Valente
  • [#54_Lire un auteur né avant 1945] Queen Emeraldas de Leiji Matsumoto

Mon coup de cœur

Auteur Tony Valente

Année de publication 2013
Éditeur Ankama Éditions
(fin février 2019 ->) 11 tomes

Genres shōnen, action, comédie, drame, magie, aventure

(site officiel Ankama Éditions)

Synopsis
Seth est un aspirant sorcier de la région des Pompo Hills.
Comme tous les sorciers, c’est un  » infecté  » : un des rares êtres vivants ayant survécu au contact des Némésis, ces créatures tombées du ciel qui contaminent et déciment tous ceux qu’elles touchent. Entouré d’une faction de sorciers, Seth parcourt le monde à la recherche du Radiant, le berceau présumé des monstres, sous l’oeil terrible de l’Inquisition…

Ce que j’aime dans le manga Radiant :

_ Écriture et humour de qualité origine France

_ Univers cohérent : le monde que les personnages partagent est riche et vaste avec un aspect décadent en raison de la menace des antagonistes les plus évidents, les Némésis, et celle de problèmes sociaux plus ou moins pris en compte à savoir la méfiance, la violence, l’égoïsme et la xénophobie.

_ En parallèle à notre monde : les êtres affectent de manière positive ou négative (volontairement ou non) leur environnement partagé par l’utilisation (ou non) de l’énergie animatrice, le Fantasia.

_ Galerie de personnages dont l’alchimie est présente (il y en a pour tous les styles (et les clichés) donc on ne s’ennuie pas !)

Pour suivre ma progression, je t’invite à t’abonner au blog, à mon Twitter et à consulter le « Festin du Mangavore ».

Un de mes titres favoris : le manga Soul Eater d’Atsushi Ohkubo ( éd. Kurokawa) !
Article mis en avant

Saint-Valentin | Amours, toujours

En ce jour de célébration des amoureux, je te propose ma sélection de 5 couples hauts en couleurs issus de différents univers de fiction que j’ai appréciés et qui m’ont fortement marquée.

Chaud devant !
Voilà un top 5 bourré de bons sentiments et de coups de coeur !

Passion juvénile

Xiong Mao & Ombre de Loup
BD Freaks’Squeele de Florent Maudoux

Étudier dans la même université en trinôme avec Chance d’Estaing ET traverser les mêmes galères à cause du jugement et du mépris des autres, ça rapproche. Ensemble, ils ne voient pas le temps passer…

Alchimie parfaite

Yvonne & Adrien Dubouchon
BDTom-Tom et Nana par Jacqueline Cohen et Bernadette Desprès

Ils ont à cœur l’amour du travail bien fait. Ces heureux propriétaires du bar-restaurant À la Bonne Fourchette sont bien occupés entre d’un côté, bichonner leur clientèle et, de l’autre, faire bloc contre les extravagantes farces et bêtises de leurs enfants.

Cocktail explosif d’amour

Lana Kane & Sterling Archer
Série TVArcher créée par Adam Reed

« Lanaaaa ! » ne peut s’empêcher de hurler à tout va Sterling Archer, l’espion le plus instable du monde. C’est dire tout l’amour qu’il porte à sa collègue au caractère bien trempé.

Amour vache

Kaori Makimura & Ryo Saeba
MangaCity Hunter de Tsukasa Hojo

Ryo Saeba est un pro de la gâchette toujours prompt à rendre service à une jolie demoiselle. Heureusement, son assistante Kaori est là pour faire en sorte que ces affaires demeurent strictement dans ce cadre professionnel.

Romance tragique

Alana & Marko
ComicsSaga de Brian K. Vaughan et Fiona Staples

Alana et Marko s’aiment à la folie et ne se privent pas pour le montrer à la face du monde. Si la guerre entre leurs peuples respectifs les a réunis, malheureusement ses éminents et belliqueux acteurs mettent tout en œuvre pour les séparer.

Tu as ton petit top 5 d’histoires d’amour ?
Partage-le dans les commentaires !

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Mondocanard

Fiction | Animation, BD, Comics, Manga, Romans

Com Dans Ta Bulle

Fiction | Animation, BD, Comics, Manga, Romans

Festin à la page

Fiction | Animation, BD, Comics, Manga, Romans

Radiophogeek

Fiction | Animation, BD, Comics, Manga, Romans

Une bulle, des bulles...

"C'est pas l'homme qui prend le livre, c'est le livre qui prend l'homme... Tatatiiiiin."

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer